• COCKTAILS au Champagne, pour vos réceptions et soirées d’entreprise.


    CHARLY

    Directement dans le verre :

    2/10 de liqueur de cerise

    8/10 de champagne


    MELON’CHAMP

    Evider en petites boules le melon. Réserver. Remplir aux ¾ le melon de champagne. Réserver aux frais. Ajouter quelques écorces de concombre. Servir à la louche dans les verres, en complétant de champagne frais.

    Décorer avec les boules de melon et des zestes de concombre.


    DREAN’S COCKTAIL

    2/10 de cointreau

    2/10 de dubonnet

    3/10 de jus de pamplemousse

    Verser directement


    COUPE PRINCIERE

    Dans une flute à champagne, verser :

    2 volumes de crème de framboise

    8 volumes de champagne frais


    SOURIRE

    Verser dans un verre tumbler rempli de galce :

    3 volumes de cointreau

    1 volume de gin

    2 volumes de jus d’ananas

    4 volumes de champagne.

    Décorer avec 1 quartier d’ananas


    CHAMP’ORANGE

    3/10 de jus d’orange pressée.

    Verser directement dans le verre.

    Compléter avec 7/10 de champagne



    Petites astuces pour tous vos cocktails :

    Utilisez des sirops très colorés pour obtenir des teintes franches et ainsi éviter d'en mettre trop. Le mélange sera moins sucré.
    Evitez les shakers en verre trop fragile et préférez les shakers en 2 parties qui sont plus hermétiques que ceux en 3 éléments.
    Deux mauvais produits n'en ont jamais donné un bon. Veillez à la qualité des ingrédients que vous utilisez.
    Utilisez des bac à glaçons en plastique dur et non en caoutchouc : les glaçons seront plus faciles à démouler.

    Véro Bisou http://www.ljv-evenements-organisation.com/







    3 commentaires


  • La forme que prendra l’action de team building est variable, on distingue habituellement :


    - l’intervention, réflexion-action.

    - Des temps forts, sous forme de séminaires ayant lieu en dehors de l’entreprise, au cours desquels l’équipe naturelle fera le point de son fonctionnement, apprendra de nouvelles démarches et manières de faire ;

    - Des formations en dehors du groupe naturel, pour certains membres qui souhaiteraient approfondir l’un ou l’autre point ;

    - Des actions intermédiaires, entre deux temps forts, pour assurer la continuité de l’apprentissage.

    - Des interventions sur le terrain, au cours de l’activité habituelle avec ou sans consultant.


    L’expérience montre la nécessité de multiplier les angles d’approche pour obtenir un changement profond et durable. Un séminaire de deux jours, aussi bien conçu soit-il, n’est pas suffisant à lui seul.


    Véro Bisou http://www.ljv-evenements-organisation.com/sommaire.php3?lang=fr






    1 commentaire

  • La colère : l'organisme se protège de la menace en augmentant le taux d'adrénaline et d'endorphines : la force augmente, la sensibilité à la douleur diminue.

    La colère peut éclater immédiatement ou survenir après coup, auquel cas elle semblera ne pas avoir de rapport avec le déclencheur ultime, la goutte qui aura fait déborder le vase. Elle peut se traduire par des manifestations physiques très apparentes, rougeur, pâleur, cris, gesticulations ou au contraire, rester contenue et être ainsi à l'origine de crispations et de blocages intérieurs.

    La colère en groupe provient d'abord d'une addition des comportements individuels : les rumeurs se multiplient, les gens « se montent la tête ». Elle donne ensuite naissance à des comportements plus violents du type arrêt de travail, distribution de tracts, grève, manifestation.

    Le leader est souvent la cible de la colère du groupe. On retrouve ici le phénomène de bouc émissaire.

    Attitudes face à la colère

    Socialement peu admise, la colère est pourtant une réaction normale, biologique, la bloquer empêche toute évolution ultérieure. Face à la colère, les attitudes efficaces sont :

    L'évitement : comme l'esquive dans les arts martiaux, il est en vain de répondre à la force par la force, à la colère par la colère. Mieux vaut la laisser s'exprimer car y prendre part ne ferait que l'alimenter ;

    La compréhension : évitement ne veut pas dire absence, et encore moins ironie. Il est important d'écouter totalement ce qui se dit lors de la phase de colère et de signaler que cela a été entendu.

    Source : « la cohésion des équipes » Pierre Cauvin

    Véro Bisou http://www.ljv-evenements-organisation.com/


    1 commentaire


  • Les bonnes résolutions c’est toute l’année et pas seulement à prendre et à ne pas pratiquer le 1er janvier ! Alors voici quelques bonnes résolutions à pratiquer à fortes doses :


    DESACRALISER sa vie professionnelle : et oui il faut arrêter de penser que l’on n’est que son travail. Difficile, il est vrai de le traduire dans les faits, puisque nous sommes pétris d’une lourde éducation. Ne constituer pas le travail comme le centre exclusif de vos vies


    AFFICHER sa bonne humeur :

    Chacun doit y mettre du sien, il faut lutter contre la pauvreté des relations au bureau. La parole, l’énergie, la bonne humeur, l’humour sans oublier le petit café du matin sont indispensables. Ne perdez pas au travail le plaisir, la joie de vivre que l’on cultive avec ses amis et sa famille.


    EXPRIMER vos besoins :

    Au boulot comme ailleurs, on gagne en effet toujours à dire ce que l’on pense. Mettez en pratique « la technique du disque rayé…. » Ou répéter ce qui nous semble indispensable à une vie professionnelle équilibrée : prendre une demi-journée ; faire un break ; ne pas céder sur une heure de sport par semaine. Pas toujours non plus, sachez doser, il ne faut pas non plus perturbé la vie de l’entreprise.


    NE PAS SURINVESTIR affectivement dans l’entreprise :

    On transfère quelquefois un vécu familial sur l’entreprise, on recherchera chez son patron par exemple, une forme de reconnaissance parentale. Laissez vos affects au vestiaire, allez plutôt au travail avec une affectivité mature, un positionnement adulte et autonome.


    Véro Bisou http://www.ljv-evenements-organisation.com/


    1 commentaire



  • C’est bien connu, les commerciaux, et à plus forte raison les managers commerciaux, ont la “tchatche”.. Par contre la prise de parole devant un auditoire fourni, tout est différent! On peut être très à l'aise en expression orale et se retrouver mal devant un public.


    Tout d’abord il faut :


    Connaître son sujet, il faut l'avoir bien préparée en amont. C'est la règle d'or

    Apprendre par cœur plusieurs thèmes

    Des supports visuels



    Une voix assurée avec des phrases courtes,

    Faire des pauses, analyser les réactions,

    Gérer les silences

    Occuper l’espace,

    Respirer !

    Contrôler la nervosité

    Ne pas craindre de montrer l’émotion


    Pour l’impro c’est comme vous le voulez, si le sujet est bien maîtrisez, cela est finalement assez facile. Centrer les idées autour du sujet, et dire ce que l’on en sait. Il ne faut pas trop s’inquiéter des mots et de la forme.

    Toujours prévoir "le trou", avec la note.


    Inutile de tenter de cacher la note, au contraire. Vous la tenez simplement à la main. Ce qui est un bon moyen de donner une 'utilité' et une expression aux mains. Utilisez vos notes pour stimuler vos pensées et catalysez votre enthousiasme.


    Utilisez vos notes pour stimuler vos pensées et catalysez votre enthousiasme.

    Pour avoir plus d'impact, parler avec calme, lentement, avec de nombreuses pauses. Effet garanti.


    Véro
    Bisou http://www.ljv-evenements-organisation.com/










    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires